Ce n'est pas une notion qui est très utilisée en France mais c'est celle qui me correspond le plus. J'ai quelques difficultés à me retrouver dans la simple idée du télétravail. Oui, le télétravail est un élément important de ma façon de travailler en équipe. Je n'ai jamais imaginé créer une entreprise avec des bureaux. Pour autant, ce serait très réducteur de résumer Insaniam à du télétravail 🤔

Longtemps, je me suis senti obligé de rajouter "100%" devant télétravail. Aujourd'hui, même cet ajout me semble trop réducteur pour illustrer nos particularités de travail à distance.

Derrière le mot télétravail, j'ai souvent vu beaucoup de réalités différentes :

  • un travail à la maison ponctuel
  • un travail à distance régulier mais quelques jours par semaine ou par mois
  • un travail d'une personne isolée physiquement du reste d'une équipe réunie ensemble dans des bureaux
  • le moyen de répondre à un problème éphémère comme ... une crise sanitaire 🦠
  • une équipe complète qui travaille de manière complètement éclatée géographiquement

Le télétravail que j'affectionne est cette dernière version ! Je me sens à l'aise lorsque toute l'entreprise est construite en télétravail, pour tout le monde, tout le temps. La raison n'est pas que je ne veux pas me déplacer dans un lieu de travail, c'est bien plus profond que cela.

L'entreprise Minitel : la centralisation du travail

A titre personnel, mes inspirations sont la culture web. Ma génération a évolué avec Internet, le réseau des réseaux. Cette logique de réseau informatique a imprégné en moi une réflexion et des comportements différents pour construire une entreprise.

J'assimile le fonctionnement des entreprises traditionnelles au Minitel. La raison est simple : il y a un serveur central (le dirigeant) dont descend l'information (via une hiérarchie) à l'ensemble des terminaux (les salariés).

Le Minitel fût une belle invention. En tant que breton, où est née cette technologie, je reconnais ses qualités techniques mais c'est une époque révolue.

Le Minitel était une solution sécurisante financièrement pour les serveurs et qui ne dépassait pas les frontières du pays de consultation.

"Avec le Minitel, les télécoms plaçaient l’intelligence dans le réseau, et non pas dans les terminaux. Internet place l'intelligence à la périphérie." Valérie Schafer, chargée de recherche à l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) dans lemonde.fr

Aujourd'hui, garder ses salariés près des yeux (ce qui ne veut pas dire forcément près du ❤️) dans des locaux est aussi une façon de les contrôler. A la manière du Minitel, les entreprises centralisent leurs salariés pour se sécuriser. Les frontières peuvent être compliquées à franchir entre les pays, les services, les équipes, etc.

Avec l'entreprise Minitel, nous sommes dans une logique où l'intelligence réside dans la direction de l'entreprise. Tous les éléments de l'entreprise (les différents services, les salariés) sont cloisonnés et ne peuvent communiquer entre eux qu'en passant par le serveur central (la hiérarchie).

Dans le réseau du Minitel, chaque appareil était identique. Pour moi, l'entreprise Minitel cherche alors à uniformiser les individus afin de servir ses objectifs.

Le Minitel, “faux frère” d’Internet, ferme définitivement
Après trente ans de vie active, le réseau Transpac du Minitel fermera samedi pour laisser sa place à Internet et au protocole IP.
Découvrez la différence entre le Minitel et Internet dans cet article du Monde

Je ne souhaite pas vous stigmatiser si vous dirigez une entreprise Minitel. L'objectif de ce blog est seulement de vous illustrer une autre façon de penser l'entreprise, avec d'autres références.

D'ailleurs, il est plus naturel de penser l'entreprise comme un Minitel pour de multiples raisons.

Par exemple, le droit du travail impose un lien de subordination entre l'employeur et ses salariés. Avec la rémunération et la fourniture d'un travail, c'est un des trois éléments qui permet de caractériser un contrat de travail.

Le lien de subordination est caractérisé "par l'exécution d'un travail sous l'autorité de l'employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné." - Cour de cassation, 12 février 2009, pourvoi n°07-21790

A la lecture de la définition de la Cour de cassation d'une relation entre un employeur et un salarié, nous ne sommes pas très loin de la définition du Minitel. L'employeur (serveur central) a le pouvoir de donner des ordres (de descendre l'information). Il peut contrôler que ces ordres soient bien exécutés en mettant en place des mesures adaptées comme une hiérarchie traditionnelle. Et, surtout, l'employeur peut sanctionner un subordonné (le terminal) qui ne respecte pas les ordres.

La première étape pour sortir du modèle de l'entreprise Minitel, c'est donc de lire la définition de la Cour de cassation littéralement lorsqu'elle précise que l'employeur a le "pouvoir". Ce n'est pas un devoir (même si en pratique, nous en sommes proche lorsque la responsabilité peut être engagée).

Autre exemple, celui de la réalité économique d'une entreprise qui va nous rappeler à l'ordre. Afin d'être efficace et de garantir la pérennité d'une société, il est naturel de contrôler le travail de chacun qui perçoit une rémunération. La responsabilité des dirigeants est de s'assurer d'être rentable. L'entreprise Minitel, grâce à sa structure, va répondre à ses impératifs financiers !

Quel rapport entre le télétravail et le Minitel ?

Vous allez vous dire que je m'éloigne du sujet du télétravail. Oui, je m'en éloigne. Dès le début de ce billet de blog, je vous ai dit que c'était trop réducteur pour illustrer ma vision d'une entreprise 😜

Le 100% télétravail n'est qu'un moyen technique pour travailler à travers un autre prisme.

Je m’efforce de construire un environnement de travail qui cherche avant tout à mettre en oeuvre des convictions. L'ensemble des personnes qui travaillent avec moi, dans le cadre d'un contrat de travail, partagent ces convictions. C'est ce qui va nous réunir. Forcément, notre environnement nous a influencé. Ces influences se retrouvent dans nos méthodes de travail.

Il serait donc plus judicieux de réfléchir aux innovations, au sens large, qui nous permettent de bâtir des écosystèmes alignés sur nos valeurs.

C'est aussi ce qui explique que je ne souhaite pas modéliser le fonctionnement d'Insaniam. Ce n'est pas un énième modèle d'entreprise. Je ne fais qu'utiliser l'innovation pour réaliser, avec mon équipe, un environnement de travail dans lequel je me sens en adéquation. C'est profondément subjectif !

Vous l'aurez donc compris : l'inverse de l'entreprise Minitel, c'est l'entreprise Internet. Le nom de plus en plus utilisée pour la désigner est l'entreprise distribuée que je vais continuer de présenter dans mon prochain article 👋

Qu’est-ce qu’une entreprise distribuée (full remote) ? Partie 2
Internet impulse structurellement la culture de la décentralisation et de la liberté individuelle. Ma volonté est de m’inspirer de cette philosophie pour l’appliquer en entreprise, grâce à l’innovation et aux outils numériques.